Historique du couple songye

Matériaux – Bois mort, kulut

Observation – Ces statuette sont ancienne

Dimension – Hauteur:

Songye peuple, origine congo-zaire

Ces fétiches spectaculaires sont parmi les plus prisés d’Afrique, et sont utilisés par les Songyé. Le Nkishi est un médiateur entre le divin et les hommes… On distingue deux grands types de Mankishi : l’un est destiné à protéger l’ensemble du village et à assurer la fertilité des femmes, le second est confectionné pour un usage personnel ou lié à une famille. Un groupe Songye appelé les Sapo Sapo s’est installé au Kasaï au 19ème siècle pour fuir l’islamisation.

Leurs sculptures sont proches de celles des Songye avec quelques différences, notamment un réalisme plus développé, une influence Luluwa, la présence sur le front d’un tatouage proche de la croix des Tshokwe. Les Sapo Sapo sont de habiles forgerons et excellent particulièrement dans la fabrication de hache. Le sculpteur Songye fabriquait aussi des sièges, des coupes, des mortiers, des tambours, des bâtons de danse, des boucliers et même de petits masques aveugles que l’on accrochait dans la case.

L’histoire des Songye est liée à celle des Luba par le fait qu ils ont des ancêtres communs. Le fondateur de l’empire Luba au 16ème siècle aurait été un Songye nommé Kongolo.

Les Songye sont patrilinéaires et connus pour leurs statues magiques et leurs masques. Un chef  central existait. Sa fonction exigeait qu’il ne montre pas d’émotions fortes, n’ait pas de contacts physiques avec les villageois et ne boive pas en public. Des chefs locaux distribuaient les terres aux villageois. Une puissante société secrète Kifwebe contrebalance leur pouvoir.

Les Songye utilisaient beaucoup de fétiches et d’amulettes qu’ils nommaient boanga, pour obtenir succès, richesse, fécondité et leur permettre d’échapper aux forces hostiles telles que la foudre, les maladies telles que la variole. Le féticheur fabriquait les boanga grâce à des substances magiques qu’ils mélangeaient pour obtenir une pate placée dans une corne sur le toit de la maison. Si le chef de famille s’absentait ils se faisaient réaliser une corne remplie de substances magiques qu’il emportait avec lui. En plus des amulettes qui n’ont pas toujours une forme humaine, on trouve chez les Songye de grandes statues appartenant au féticheur qui les manipulait à l’aide de baguettes lors du rituel qui se tenait lors de la pleine lune.

Les statuettes porte sur eux une charge des féticheurs,  les dents de plusieurs animal sauvage je cite, le lion, la panthère, etc.

Les différents styles de fétiches Songye peuvent être vus selon les régions géographiques les statues du nord ont un menton carré. Les statues appartenant au style kibéshi ont un menton pointu.Haut du formulaire

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s